Étiquettes

#romans #litterature #palmares #LeMonde

Le journal Le Monde, dont la première édition se tenait le 18 décembre 1944, avait recensé parmi tous les livres critiqués dans ses suppléments Le Monde des livres, 100 romans. Mais cette liste indignait certains lecteurs, fâchés que des chefs d’oeuvre ne puissent en faire partie. Afin de réconcilier le journal et ses lecteurs , et donner un aperçu subjectif de leur choix quant aux plus merveilleux et incontournables ouvrages depuis les années 1940, Le Monde a lancé, en ligne, un questionnaire.

Une liste de 100 romans a été ainsi établie, parmi laquelle je vous livre mes coups de coeur. J’en aurais certainement d’autres mais cette liste me paraît un bon début.

L’écrivain Italo Calvino, de son côté, proposait un classement que je trouve poétique: « la bibliothèque idéale de nos classiques devrait être composée pour moitié de livres que nous avons lus et qui ont compté pour nous, pour moitié de livres que nous nous proposons de lire et dont nous pensons qu’ils pourront compter. Avec une  étagère vide pour les surprises, les découvertes occasionnelles. »

A vous de déterminer ce que vous voulez choisir pour remplir telle ou telle étagère de votre bibliothèque personnelle…

(les numéros renvoient à l’ordre de classement des romans par les lecteurs du Monde)

3. A la recherche du temps perdu, Marcel Proust (se perdre dans un temps suspendu, comprendre un monde qui n’existe plus, approfondir les questionnements de l’âme…)

4. Cent ans de solitude, Gabriel Garcia Marquez

6. 1984, Georges Orwell (un livre d’anticipation majeur)

13. Mémoires d’Hadrien, Marguerite Yourcenar

14. Orgueil et préjugés, Jane Austen (les classes sociales anglaises et comment échapper à son destin de femme)

15. L’insoutenable légèreté de l’être, Milan Kundera

18. Crime et châtiment, Fiodor Dostoievsky

19. Madame Bovary, Gustave Flaubert (la mélancolie, l’ennui, la vie de province comme rarement décrites)

22. Le rouge et le noir, Stendhal

23. Le maître et Marguerite, Mikhail Boulgakov

29. Les raisins de la colère, John Steinbeck

30. Les liaisons dangereuses, Choderlos de Laclos (la séduction vénéneuse et les tourments spirituels de l’amour)

35. Anna Karénine, Léon Tolstoï (un destin d’héroïne tragique et fascinant)

36 Le nom de la rose, Umberto Eco

38 Le monde selon Garp, John Irving

41. Ne tirez pas sur l’oiseau moqueur, Harper Lee

42. L’attrape-coeurs, J.D. Salinger

47. Les piliers de la terre, Ken Follett (une saga fondatrice)

48. Lolita, Vladimir Nabokov (la perversion n’est pas du côté de qui l’on croit)

50. Les hauts de Hurlevent, Emily Brontë (la puissance d’un paysage comme expression d’une vie intérieure)

51. La conjuration des imbéciles, John Kennedy Toole (absurde et drôle)

52. Le meilleur des mondes, Aldous Huxley (effrayant)

56. Des souris et des hommes, John Steinbeck (l’Amérique profonde, le désir)

57. Le portrait de Dorian Gray, Oscar Wilde (l’éternelle jeunesse, le mythe de Faust)

62. La chartreuse de Parme, Stendhal

63. Dalva, Jim Harrison

65. Petit pays, Gaël Faye (chronique d’un génocide vu de l’intérieur)

66. L’oeuvre au noir, Marguerite Yourcenar

68. Les particules élémentaires, Michel Houellebecq (une vision désabusée et très fine du monde)

69. A l’est d’Eden, John Steinbeck

73. La montage magique, Thomas Mann

78. Dix petits nègres, Agatha Christie (un chef d’oeuvre typiquement anglais, mystérieux et aventurier à souhait)

79. Vernon Subutex , Virginie Despentes (nostalgie d’une époque, la musique, les amis, le rock)

80. Le désert des Tartares, Dino Buzzati (quand attendre l’ennemi invisible rend fou)

81. Le grand Meaulnes, Alain Fournier (roman d’initiation, un regard sur l’adolescence)

82. La ferme des animaux, George Orwell (cynique, glaçant et tellement juste)

83. L’amie prodigieuse, Elena Ferrante (le tourbillon de la vie à Naples, l’amitié, la vie de quartier et la question sociale)

87. Beloved, Toni Morrison (entrée en magie, portrait de femmes exceptionnelles)

91. Le vieil homme et la mer, Ernest Hemingway

95. Gatsby le magnifique, F.Scott Fitzgerald ( le charme d’une époque fastueuse et décadente, la gloire et la chute)

99. L’amant, Marguerite Duras (la sobriété d’une écriture pour décrire un amour fondateur d’une vie, dans un pays lointain)

100. Le bruit et la fureur, William Faulkner

Et j’aurais pu citer, qui n’y figurent pas, J.M.G. Le Clézio, Doris Lessing ou bien Hermann Hesse entre autres. A chacun son palmarès. L’essentiel réside dans l’envie de lire, relire ou d’offrir à lire!