Entre intimité et intemporalité, l’exposition Comme un souvenir, à Fernet-Branca

Étiquettes

, , ,

Anne Immelé , photographe, investit la Fondation Fernet Branca, en tant que commissaire d’exposition et artiste, avec un titre envoûtant : Comme un souvenir…

Elle s’est inspirée du cinéma d’Andrei Tarkovski, pour rythmer les salles et le thématiques. Entre herbes folles et algues qui dérivent, végétation envahissante dans les non-zones autour des autoroutes, personnages mystérieux et nature omniprésente, la bande-son calme et emmène loin, très loin;

des paysages tranquilles, parfois vaporeux, entre lacs de montagne dans les Vosges et gravières de banlieue périphérique;

des scènes intimistes et rêveuses: homme au bain, petite fille regardant par la fenêtre ou laissant se voiler de lumière son déguisement, petit garçon assis sur un grand fauteuil de campagne ou bien encore jeune femme fixant l’objectif frontalement;

des tableaux urbains, friches industrielles ou immeubles vigie (la tour de l’Europe à Mulhouse), un peu déshumanisés mais regardés différemment de nos habitudes: ici la nature envahit le béton, là une ombre portée adoucit un angle agressif, des monts sombres cernent un lac noir..;

à chaque salle son référentiel cinématographique, d’une richesse telle que le visiteur apprécie de prendre quelque minutes pour écouter le bande-son, se concentrer sur un détail d’ambiance ou de paysage;

une expérience en soi, avec un déploiement majestueux  d’oeuvres de périodes plus ou moins récentes, et qui donne envie de se plonger dans le cinéma de Tarkovski, et l’ensemble des photographies et éditions d’Anne Immelé, qui signe là, après la Biennale de photographie de Mulhouse, une exposition de grande qualité.

 

 

Publicités