ST’Art, une foire qui réconcilie art contemporain et grand public

Mots-clefs

, , , , , , , , , , , ,

Damien Cabanes

La foire annuelle d’art contemporain St’Art rassemble des galeries strasbourgeoises, alsaciennes, parisiennes et étrangères. L’atmosphère y est, cette année encore, résolument orientée vers une dynamique commerciale, avec des stands « défiscalisation », conciergerie, ou plusieurs bars et restaurants etc.

Jean-Marc Lacaze

La Ville de Strasbourg organise cependant un stand pédagogique dédié à la compréhension de l’art contemporain et de ses rouages: passionnant pour petits et grands!

Traditionnellement, une carte blanche est donnée à une institution. En 2017, il s’agit de la fondation Bernar Venet, dont les oeuvres s’empressent au-devant du visiteur, avant même qu’il ait eu le temps d’enlever son manteau.

Une autre carte blanche, très réussie, à Olivier Kaeppelin, permet de découvrir un solo show sobre et puissant de Damien Cabanes, qui met en valeur les jeux de couleurs vives et de formes, aux limites de l’abstraction.

En me promenant quelques trouvailles…

Maren Ruben

Un paysage lumineux et abstrait de Maren Ruben, chez Jean-François Kaiser, et un triptyque sur la forêt, enthousiasmant, de Peter Bond;

Peter Bond

Evrard & Koch

A la croisée de la sculpture murale et de la peinture, voire du design, une pièce d’Evrard & Koch chez Christophe Tailleur;

Le fameux gilet de sauvetage imprimé de Jean-Marc Lacaze, à la galerie Aedaen, qui lui a valu un prix de la Ville de Strasbourg;

Rodrigo Arteaga

Des paysages en papier découpé, fragiles et charmants de Rodrigo Arteaga, un artiste chilien, et du papier en volume et volutes de Pavlos, un artiste grec, toujours à la galerie Sobering;

Pavlos

Elmar Trenkwalder

Des céramiques baroques et sexuées de Trenkwalder chez Benoit Jordan;

Emmanuel Georges

Et un stand très scénographié, à La Chambre, autour des tirages du livre d’Emmanuel Georges, America rewind

Publicités